Web Accessibility Toolbar
31-05-2022

Khattab au Conseil commercial égypto-canadien : L'Egypte fait de grands progrès dans le domaine de "Droit au Développement conformément à la résolution de l'Assemblée Générale des Nations Unies".

L'ambassadeur Moshira Khattab, Présidente du Conseil National des Droits de l'Homme (CNDH), a déclaré que le CNDH a élaboré un plan national intégré pour suivre la mise en œuvre de toutes les dispositions de la Stratégie Nationale des Droits de l'Homme annoncée par le président Abdel Fattah El-Sissi en septembre dernier, en vue d'assurer le respect de toutes les obligations stipulées dans les délais spécifiés pour la Stratégie.  

Elle a souligné que le CNDH jouait son rôle dans le suivi de la situation des droits de l'homme en tant que "conseil national indépendant" qui comprend un groupe de compétences distinguées qui ont été choisies après un processus d'élection démocratique pour ses membres, et cela pour la première fois au parlement, selon une longue liste de nominations présentée par la société civile égyptienne à cet égard.

 L'Ambassadeur Khattab a souligné que l'Égypte est au cœur du système mondial des Droits de l'Homme, qui a émergé a partir de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, car elle a contribué à la formulation de cette Déclaration et ratifié dix accords internationaux qui ont émanent de cette Déclaration.  

Mme Khattab a déclaré, lors d'une conférence donnée lors du symposium du Conseil Commercial canado-égyptien et du Conseil commercial égyptien pour la coopération internationale sous le titre "Coopération internationale et mise en œuvre de la stratégie nationale pour les droits de l'homme", que l'Égypte respecte toutes ses obligations en termes de soumission des rapports périodiques aux comités internationaux créés en vertu de ces accords pour aider les États parties à atteindre leurs objectifs de promouvoir les droits de ses citoyens, car il est un acteur actif dans les systèmes africains des droits de l'homme et est un système dynamique et actif.

 La Présidente du CNDH a expliqué que la coopération internationale est un engagement international unique. Les mesures visant à mettre en œuvre tous les droits de l'homme, y compris les droits civils et politiques, et les droits économiques, sociaux et culturels, sont une obligation de tous les États.  

Mme Khattab a souligné l'importance de la "Déclaration sur le droit au développement" adoptée par l'Assemblée générale en 1986, qui souligne la nécessité pour les États parties de respecter tous les principes reconnus dans ladite déclaration.

 En ce qui concerne les droits civils et politiques, elle a déclaré qu'il existe des mesures que l'État devrait entreprendre pour mettre en œuvre immédiatement ces droits, notamment en garantissant la disponibilité de moyens de réclamation efficaces pour toute personne dont les droits ou libertés ont été violés, y compris son droit à l'égalité et à la non-discrimination à son encontre. Elle a ajouté que l'engagement des États parties à prendre les mesures nécessaires, y compris l'adoption de mesures législatives, indique que le système des droits de l'homme des Nations Unies est neutre quant à la nature des systèmes politiques et économiques et ne repose pas exclusivement sur favorable à la mise en place d'un système socialiste ou capitaliste, ou d'une économie mixte ou centralisée ou libre, mais fondée sur une condition, qui est la reconnaissance de l'interdépendance et de l'indivisibilité des droits de l'homme, en particulier le Droit au Développement.

En ce qui concerne les droits Economiques, Sociaux et Culturels, l'Ambassadeur Khattab a déclaré que l'obligation principale est de prendre des mesures "pour assurer la réalisation progressive des droits reconnus" où le concept de "jouissance progressive" constitue la reconnaissance que la jouissance effective de tous les droits économiques, les droits sociaux et culturels ne seront généralement pas réalisables dans un court laps de temps. En ce sens, l'obligation relative aux Droits économiques, sociaux et culturels diffère considérablement de l'obligation relative aux droits Civils et politiques, qui englobent une obligation immédiate de respecter et de garantir tous droits connexes. Elle a précisé que la disposition sur la jouissance progressive ne devrait pas être interprétée de manière erronée d'une manière qui viderait l'obligation de tout contenu significatif, et a déclaré qu'elle constituait un outil de flexibilité nécessaire, reflétant les réalités du monde réel et les difficultés auxquelles tout pays pouvait être confronté. à assurer la pleine jouissance des droits économiques, sociaux et culturels.

 La présidente du CNDH a indiqué que chaque pays décide lui-même de la manière la plus appropriée, compte tenu des circonstances, en ce qui concerne chacun des droits de l'homme, mais que les moyens « appropriés » qui sont choisis ne seront pas toujours aller de soi, et il est donc préférable que les pays ne se limitent pas à clarifier ce qui a été pris des mesures, mais aussi à clarifier la base sur laquelle évaluer quelles sont les mesures « les plus appropriées » dans les circonstances qui prévalent .

 Mme Khattab a affirmé que l'État égyptien n'a épargné aucun effort pour aider le conseil à mener à bien sa mission et à maintenir son rang le plus élevé selon la classification internationale du Haut-Commissariat aux droits de l'homme